• On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...Pour clore ce blog une fois pour toutes, je tenais à rédiger un dernier article, celui qui fera un pont entre le là-bas et le ici, celui qui permettra de rallier le rêve à la réalité.

    Les vieilles habitudes nous ont déjà vite rattrapés, on a l’impression parfois d’avoir juste fait un grand pas dans le temps ou d’avoir eu une nuit un peu trop longue. Pour faire vivre encore un peu cette incroyable expérience, on se replonge donc dans la seule chose qui existe encore : notre blog, ses photos, ses écrits rédigés dans un contexte particulier et que l’on regarde avec un peu ou beaucoup de nostalgie.

    Alors que les gens là-bas nous demandaient plutôt : « c'est comment chez vous ? », ceux d’ici, eux, s’interrogent plutôt sur le meilleur souvenir, qui nous fait encore vibrer aujourd’hui.

    En y réfléchissant bien, on se rend compte que ce qui a le plus compté, ce sont ceux-là même qui nous ont posé les questions : les gens, ces gens de partout que nous avons eu l’occasion de rencontrer et qui nous ont, à un moment ou à un autre aidé, conseillé, soutenu lors de notre périple.

    Ainsi, il y a eu tous ces habitants de l’Argentine, du Chili, du Pérou, de la Bolivie, de Équateur et de la Colombie, tour à tour loufoques, incroyables ou tout simplement chaleureux, qui nous ont offert un conseil, un repas, un toit, une visite de leur pays dont ils sont fiers et ils ont bien raison.

    Il y a eu tous ces voyageurs de France ou d’ailleurs, avec lesquels on a eu l’occasion de parler, de partager, mais surtout de rêver bien souvent à un monde meilleur ou à des projets un peu fous. A eux, j’ai envie de dire: méfions nous de l’oubli et faisons en sorte de réaliser tout ce que l’on s’est promis…

    Il y a les deux familles restées en France qui, bien souvent, se sont inquiétées discrètement de nous savoir si loin, mais qui nous ont toujours toujours appuyé voire filer des p'tits coups de main (je pense à Thierry pour ses différents contacts, ou à Pascal pour son aide sur le blog par exemple). Je les remercie également pour toute la fierté qu’ils nous ont transmis tout au long de l’année.

    Enfin, il y a eu les amis restés ici, ceux qui commencent à construire leur vie, ceux qui partiront voyager aussi, mais qui ont été là pour notre départ et sont encore là à notre retour. Le retour n’est pas ce qu’il y a de plus simple mais ça fait du bien de sentir que les bases sont toujours présentes!

    Aujourd’hui, il nous faut démarrer autre chose, penser autrement dans ce pays qu’on apprivoise de nouveau. Néanmoins, j’espère ne jamais perdre ce que l’on a eu l’occasion d’apprendre là-bas: l’humanité des gens, leurs espoirs et leurs rêves auxquels, ici, nous ne croyons plus car nous les pensons perdus. Avec eux et avec ce que nous avons vécu, j’ai appris à rêver de nouveau, à croire en l’existence d’une vie différente, à espérer que tout est possible même le quasi-impossible.

    Et si un jour, on se rend compte qu’on a perdu cette petite flamme, alors il nous faudra de nouveau repartir à la découverte de nouvelles contrées…

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Para acabar este blog, quería escribir un último articulo, el que construirá un puente entre aquí y allá, el que nos permitirá ligar el sueño con la realidad. Las antiguas costumbres volvieron muy rápidamente. Tenemos la impresión de solamente haber hecho un paso enorme a través del tiempo, o de haber tenido una noche demasiado larga. Para vivir un poco más esa historia increíble, miramos una vez más la única cosa que sigue existiendo: el blog, con sus fotos, sus artículos, cada uno escritos en un contexto particular y que leemos ahora con un poco o mucho de nostalgia.

    La gente allá nos pedía: “Como es su país?”. La gente aquí nos pide: “cual es su mejor recuerdo, el que todavía les hace latir el corazón?”.

    Cuando lo pensamos bien, nos damos cuenta que lo más importante fue justamente los que nos pidieron esa pregunta: la gente. Esa gente que encontramos en todas partes y que nos ayudó a un momento durante nuestro viaje. 

    Así, hubo todos los habitantes de Argentina, Chile, Peru, Bolivia, Ecuador y Colombia, a veces locos, a veces increíbles o simplemente calurosos. Nos ofrecieron un consejo, un almuerzo, un techo, o una visita de su país cuyo son muy orgullosos y tienen razón!

    Hubo todos los otros viajeros de Francia y otra parte, con los cuales hablamos, compartimos, pero sobre todo soñamos con un mejor mundo o con algunos proyectos locos. A ellos, tengo ganas de decir: cuidado con el olvido, no tenemos que olvidar de realizar lo que nos prometimos…

    Hubo las dos familias que se quedaron en Francia. Siempre se preocuparon pero con discreción de sabernos tan lejos de la casa. Sin embargo, nos ayudaron mucho con lo que podían (pienso en mi papa con sus contactos y al padre de Aurelio con su ayuda por el blog). Les digo también gracias por toda el orgullo que nos transmitieron a lo largo del año.

    Por fin, hubo los amigos francés, que se quedaron aquí, que empezaron a construir su vida o que también tienen ganas de viajar un día. Todos estaban aquí cuando nos fuimos y todavía están cuando regresamos. El regreso no es una cosa tan fácil pero nos ayudó saber que las bases todavía existen!

    Hoy, tenemos que empezar una vida nueva, pensar de otra manera en un país que nos parece extraño. Sin embargo, espero perder nunca lo que aprendimos allá: la humanidad de la gente, sus esperanzas y sus sueños. En Francia muchos piensan que están perdidos… Con esa gente y con lo que vivimos, aprendí soñar de nuevo, creer en la existencia de una vida distinta, esperar que todo queda posible y también el imposible.

    Y si un día, nos damos cuenta que perdimos este entusiasmo, entonces tendremos que irnos otra vez, viajar para descubrir nuevos países…

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    On voulait vous dire que...

    Vraiment pas évident de faire le bilan d'une année, d'une année passée à voyager.

    Alors il faut se poser la question : « Comment était-on, comment on se sentait avant ? et comment c'est maintenant ? »

    D'abord cette envie de faire encore plus pour l'autre, l'étranger, ce frère, cette sœur d'un coin de la terre. Combien de fois dans ce voyage me suis-je dit « Qu'il est plus facile d'être français à l'étranger, qu'étranger en France... ». Combien de gens nous ont ouvert leurs portes, leurs cœurs, simplement, facilement. Toute cette aide, tout cet amour, tous ces sourires que nous avons reçu, et bien c'est maintenant à notre tour de l'échanger, de le donner. Contaminons nous de ce bonheur...

    Il y a aussi cette envie de lutter, plus présente aujourd'hui qu'hier (et on verra demain). D'avoir vu cette année les indiens Mapuches luttant pour récupérer leur terre, ces gens exploités par de grosses entreprises, ces gosses qui bossent, ces terres surexploitées, ravagées au nom de ce maudit profit, ce fric puant qui pourrit les esprits de ceux qui en veulent toujours plus, qui n'en n'auront jamais assez. Donc oui, l'idée d'être une sorte de jardinier-activiste, de semer cette graine de révolte, d'invoquer les dieux pour que la récolte soit bonne et rapide. Cultiver pour manger du bon, prendre du temps pour s'informer et diffuser cette information, afin que le maximum de personnes sachent jusqu’où certains sont capables pour gagner encore plus. Et oui, les drogues existent, mais la plus dangereuse, c'est bien l'argent...

    Ensuite, mon rapport à la terre a évolué, et avec lui la spiritualité. Je reconnaissais déjà à notre bonne vieille planète un pouvoir énorme, mais maintenant, plus de doute, la terre mère, la Pachamama, la nature est mon dieu, notre providence. Elle est unique, elle est tout et nous donne tout. Ça paraît sans doute évident, mais vu ce que l'on en fait, ce n'est pas si bête de se le rappeler. On se doit donc de la respecter, de l'adorer, de la craindre (dans le sens d'appréhender, plus que d'en avoir peur) et la remercier.

    Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend...

    Beaucoup de communautés en Amérique Latine vivent très proche de la Pachamama. Ils mangent ses fruits, lui font des offrandes, se soignent grâce à ses plantes et la connaissance des Chamans, des Yachaks, qui sont en parfaite harmonie avec la nature. Oui, nourrissons-nous d'un coucher de soleil, d'une jolie fleur, d'un reflet dans l'eau, respirons cet air (et gardons le frais), bref, puisons l'énergie là où elle est...

    J'ai remarqué aussi, durant cette riche année, que l'on était tous l'étranger de l'autre. Nous avons peut-être côtoyé 1000 personnes durant ce voyage, et vu 1000 manières différentes de vivre. Chacun se construit sa propre vie, dans son propre environnement, dans sa propre culture. Nous sommes plus de 7 milliards, donc il existe autant de manières de vivre, mais l'unique manière de vivre ensemble, c'est comprendre, aimer, tolérer...

    Avant de finir, je voudrais parler de la peur. Parce que partir un an, comme ça, mine de rien, bah parfois ça fait peur. Mais je pense que nous avons su gérer cette peur, pour qu'elle devienne sagesse et qu'elle ne se transforme pas en cette peur qui te coupe les ailes, et, petit à petit te bouffe. Apprendre à faire confiance, en soi-même et aux autres, et se libérer l'esprit en se disant qu'au final, nous n'avons pas grand chose à perdre, à risquer, et qu'il faut donc aller de l'avant, vaincre sa peur, parler à son voisin, voyager, explorer, se laisser surprendre...

    Je terminerai donc sur une note plus légère, en vous disant que Koh-lanta est en Colombie une marque de produits laitiers et que Quechua est une langue parlée par la majorité des indiens des Andes. Et surtout, j'utilise ces dernières lignes pour remercier toutes celles et ceux qui nous ont soutenu durant cette année. Merci en tout premier à Justine qui nous a offert cette belle et magnifique promenade qui a, pour moi, valeur d'une union totale et forte.

    Merci aussi à la famille, aux amis,

    Et merci à tous ces gens , d'ici où là, rencontrés pendant notre voyage.

    Vraiment du fond du cœur MERCI, merci pour ce rêve, cette magie qui sans chacun, sans chacune d'entre vous, n'aurait pu vivre comme nous l'avons vécue.

    Toutes ces sensations sont tellement bonnes, que c'est quasi-certain, nous repartirons bientôt...

     -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Et pour finir, nous vous offrons en exclusivité ces photos qui auraient dû normalement être censurées...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    On voulait vous dire que...

    « Bogota, capitale Colombienne

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    marc markov
    Mardi 1er Janvier 2013 à 22:03

    Eh bien voilà le dernier post de ce voyage mais pas de ce blog, si j'ai bien compris. Je ne suis pas étonné que vous désiriez remettre ça : il vous reste afrique, asie, océanie et les deux pôles. Derrière la plaisanterie, c'est tout le mal que je vous souhaite ! Merci d'avoir montré tant de choses et ce sans discontinuer. Et merci d'être revenus parmi nous.

    2
    Madelinette
    Mardi 1er Janvier 2013 à 22:06

    Magnifique conclusion de cette année riche en rencontres, découvertes et échanges.

    Vous nous avez donné du rêve et de l'espoir.

    Reprenez vos marques et songez à d'autres destinations, puisque vous le souhaitez !!!

    Merci pour tout et bisous tout doux à mes doudous du bout du monde.

    3
    Ismael crev
    Mardi 1er Janvier 2013 à 22:09

    Meme après etre revenu vous voulez continuer a nous faire braire???

    on dirait un memorial!!! :D

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Mardi 1er Janvier 2013 à 22:10

    Ému et un peu groggy de vous lire... Merci pour ce 'dernier' couplet en ce début d'année. Merci à vous deux d'avoir osé vous découvrir et nous révéler vos talents cachés nous montrant ainsi de belles âmes ! Nous sommes effectivement très fiers de vous. Très fiers d'être des parents qui ont, semble-t-il transmis quelques belles valeurs à leurs enfants : à ceux qui sont partis si loin, mais également à ceux qui sont restés pour vivre leur vie de travail sans doute plus routinière. Mais chacun vit sa vie comme vous le dites si bien, chacun peu partager, écouter et recevoir là où il est. Bravo encore et merci pour ce que vous êtes, pour ce que vous nous avez transmis à votre tour.  Ne changez rien, on vous aime comme ça.

    5
    TT
    Mardi 1er Janvier 2013 à 22:31

    Merci à vous

    6
    Papatj
    Mardi 1er Janvier 2013 à 23:19

    Ca a été dur de vous voir partir... mais c'était tellement bon de sentir votre désir de voir là-bas comment ca se passait. Ca a été dur de vous savoir là-bas, parfois sans nouvelle, en croisant les doigts... mais c'était tellement bon d'avoir de vos nouvelles après ces silences. Ca a été dur de ne pas vous avoir auprès de nous... mais vous avez tellement rencontré de gens et de ressentis que ca nous a fait chaud au coeur... par délégation. Vos souvenirs, ce sont les notres aussi, un peu. Nous avons vécu ces jours, ces mois en attendant les nouvelles et en buvant vos paroles de témoignages. Merci à vous surtout d'avoir su partager vos impressions. Merci pour ce beau voyage et ces rencontres que, nous, nous avons vécu avec notre imagination. Et parce qu'il faut finir... (quel domage), nous finirons cette page de vie extraordinaire en espérant que la vie d'ici ne vous fera pas oublier la vie de là-bas...

    MERCI et très fier de vous

    7
    Véro JD
    Mardi 1er Janvier 2013 à 23:58

    Du courage et de la détermination il en fallait ... pour aller , au bout du monde ! Tout le monde n'est pas capable de le faire .... 

    Vous nous avez fait vivre de grands moments ... de toutes sortes ! 

    Vous nous revenez "grandis" ;  je suis fière de vous 2 , de votre épopée , et de votre capacité à suivre votre chemin avec détermination ,  curiosité et prudence ! Chacun de vous a contribué à la réussite de ce projet , la complémentarité s'est sentie , optimisme , et découverte de l'autre ont sans doute été les 2 moteurs qui vous ont fait avancer ... même si c'était pas toujours au même rythme , et qu' Aurélien a du souvent t'attendre Ju !! 

    Vous avez sans doute eu des grands moments "spectaculaires" mais aussi des peurs qu'il a fallu apprendre à gérer , en "prenant sur soi " ... pour tout ça , un grand BRAVO ! 

    La fin de quelque chose c'est aussi le début d'une autre ... nouveau départ , nouveaux projets , et la vie qui suit son cours , avec obstination .

    Tous mes voeux de réussite pour cette  année 2013 et les suivantes ...!

    Bon Vent !!

    Maman Véro

    8
    Joanb
    Mercredi 2 Janvier 2013 à 03:30
    Magnifique, merci ! Si une excursion à la Réunion vous dit avant d'aller en Afrique par exemple, welcome !
    9
    gatocha
    Mercredi 2 Janvier 2013 à 23:58

    en plus du don de nous avoir fait réver plusieurs mois il faut avouer que vous avez le don de l'écriture  merci et bravo pour ce blog

     

    10
    PAPYR7NE
    Jeudi 3 Janvier 2013 à 19:00

    Avec cette finale on a le souffle coupé.. Vous savez si bien partager ce qui est tout au fond de vous avec beaucoup de simplicité BRAVO pour tout et celà aussi . On vous embrasse tendrement  vous êtes FORMIDABLE. MAMIE

    Nous garderons en mémoire papier et photos les événements important de votre voyage, si bien péparé, et merveilleusement réussi, mais aussi à travers ces textes de conclusion toute la richesse de votre réflexion et les éléments de cette escapade d'1 an. Bonne reprise et merci de nous l'avoir fait partager. papy Paul

    11
    Roger 85
    Vendredi 4 Janvier 2013 à 14:28
    Oui c'était formidable de vous suivre chaque jour. Continuez votre voyage maintenant en France. On attend les photos.
    12
    Big brother !
    Samedi 5 Janvier 2013 à 15:11

    Merci pour cette belle leçon d'humanisme. Merci de nous avoir fait partager pendant près d'un an votre escapade à travers vos photographies et vos récits. Puisse 2013, en France, vous apporter aussi un tel épanouissement. A bientôt.

    13
    Bernard Hennion
    Mardi 19 Février 2013 à 11:28

    19 février. Prendre son temps est une vieille habitude chez moi.

    Au coeur des luttes écologiques et sociales où l'on a vraiment l'impression que les dominants nous font marcher sur la tête, souvent de façon irréversible, au détriment aujourd'ui des plus démunis, demain de l'humanité entière... qu'il est bon de se replonger dans le rêve-réalité. Merci pour ce que vous avez oser car vous nous montrez, tel l'iceberg au milieu de l'océan, ce qu'il faut à tout prix préserver.

    Maintenant, ça y'est, une autre réalité vous a rattrapés. Maîtrisez-la, mais continuez à rêver et à nous faire rêver : personnellement, je ne voyage plus beaucoup -j'ai encore quelques photos du Kenia- ou plutôt je voyage dans ma tête et à chaque fois qu'ici je rencontre "l'étranger", je me dis, sans l'idéaliser - tels le rom qui fouille dans nos poubelles - "Ah, s'il pouvait partager un peu de sa carte du monde!" Et dire que c'est de son pays que vient le cheval que certains retrouvent dans leur assiette à la place du boeuf -mais après tout c'est pas si grave-, comme c'est dans nos assiettes que l'on retrouve les résidus d'O.G.M. et de pesticides d'Argentine du Brésil cultivés par Mosanto -là, par contre on en parle un peu moins et c'est beaucoup plus grave-.

    Comme vous le dites si bien en répétant Proust : "Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d'aller vers de nouveaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux". J'ajouterai : "et d'autres oreilles".

    A ma façon j'exprime un tout petit petit rêve : vous rencontrer avec Jonas et sa guitare pour passer un bon moment. Je serais tout juste capable de chanter Félix Leclerc en m'accompagnant maladroitement de la guitare :

    "Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé,

    ils m'ont porté de l'école à la guerre,

    j'ai traversé sur mes souliers ferrés,

    le monde et sa misère..."

    Et Roseline pourra vous partager sa petite semaine à Tunis au Forum Social Mondial du 23 au 30 mars... 

    Au fait, avez-vous lu "Les quatre accords toltèques" de Don Miguel Ruiz?

    Bernard, simplement et définitivement un peu félé

    14
    abdelwahab
    Lundi 13 Mai 2013 à 20:13

    Eh Bonjour nahla  ! vous me manquez beaucoup , vous venez bientôt j'éspere.. salut

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :